Maferefum

Retour
Eleggua mi camino
tres mujeres
Obbatala
Yemaya
yemaya vieja
Oshun
la siesta de Oshun
shango huile sur toile
Chango
Orula mi cabeza
Babalu Ayé
Ochossi huile sur toile
Los Guerreros
Los-Ibeyes
babalawos huile toile

Clé de lecture

Importée du golfe de Guinée par les esclaves du XVIème siècle jusqu'à la fin du XIXème, le culte Yoruba est omniprésent à Cuba. Du fait de l'évangélisation forcée par les Espagnols, les fidèles ont créé ce mélange unique qu'est la santería, un calque catholique posé sur les rites et croyances yorubas. Ainsi, les dieux yorubas sont toujours adorés sous les traits d'un saint catholique avec lequel ils partagent certaines attributions.

La série est nommée Maferefum, qui est la salutation d'usage lors des rites de santería. Le peintre cubain Nelson a représenté les dieux orishas, entourés de leurs symboles et d'éléments emprunté de leur mythologie.

Nelson explore, à travers cette série de peintures, un pan entier de l'identité cubaine, qui est pour lui une sorte d'addition des références culturelles auxquelles que ce peuple a accumulé tout au long de son histoire.

 

Dans les tableaux Babalawos et Yimbonas, il décrit le quotidien des cubains à travers cette religion mais dans d'autres, il ne manque pas de représenter ces déités dans un contexte purement cubain, comme la ville coloniale en arrière plan des Trois femmes, bien loin finalement des réalités du golfe de Guinée.